La santé publique connaît un chamboulement important depuis dimanche et pour cause : nous avons un nouveau ministre de la santé.

L’origine première de ce changement est le retrait de candidature de Benjamin Grievaux, un député LREM (la République en marche) pour les municipales de Paris, en raison d’un scandale le concernant.

Pour le remplacer et au vu de l’urgence de la situation étant donné que le premier tour des élections a lieu dans un mois, Agnès Buzyn (ministre de la Santé) s’est proposée comme candidate aux municipales. Elle a donc présenté sa démission du ministère dimanche dernier.

C’est donc au ministère de la Santé qu’une place vacante est apparue, place qui a rapidement été comblée par notre désormais nouveau ministre de la santé : Olivier Véran, un neurologue membre de la République en marche.

Il entre en politique en 2012, en tant que suppléant de la députée socialiste Geneviève Fioraso. En juin 2017, il rejoint le mouvement LREM et est élu député de l’Isère. Son poste de ministre en tant que remplaçant d’Agnès Buzyn est un choix logique pour le gouvernement du fait de son implication de longue date dans les affaires de santé de l’Assemblée nationale. En effet il était pressenti dès 2017 pour occuper le poste de ministre de la Santé, poste qui a finalement été pris par Agnès Buzyn. Il a notamment défendu d’importants dossiers à la commission des affaires sociales de l’Assemblée, comme le budget de la sécurité sociale, l’utilisation du cannabis thérapeutique ou encore la lutte contre l’anorexie.

Bien que le remplacement ait été fait très rapidement, cet évènement arrive un peu au mauvais moment compte tenu du contexte actuel : entre les crises des hôpitaux, la gestion de l’épidémie du virus n-Cov19 ainsi que le débat à propos de la réforme des retraites qui pourrait fortement perturber les différentes branches de la santé, l’atmosphère est relativement tendue du côté de la santé. Olivier Véran va donc devoir assumer un certain nombre de responsabilités et de problèmes à résoudre dès le début de son mandat. Il assure cependant y être préparé, ce qui est contesté par une partie de l’opinion publique. L’avenir nous dira lequel aura eu raison…

Sources :
20 minutes, « Démission d’Agnès Buzyn », publié par O. Gabriel le 17/02/20
https://www.20minutes.fr/sante/2720515-20200217-demission-buzyn-coronavirus-retraites-crise-hopital-dossiers-brulants-attendent-olivier-veran-nouveau-ministre-sante
France Bleu, « Ce qu’il faut retenir de la nomination d’Olivier Véran au ministère de la Santé », rédigé par N. Crozel et B. Almeras le 17/02/20
https://www.francebleu.fr/infos/politique/ce-qu-il-faut-retenir-de-la-nomination-d-olivier-veran-au-ministere-de-la-sante-1581924942