What’s in the pipeline est une série d’article visant à vous faire découvrir des traitements originaux actuellement en cours d’étude. Le « pipeline » est une image utilisée pour désigner l’ensemble des molécules étudiée par une entreprise pharmaceutique selon leur état d’avancement (phase I, Iia, IIb, III ect..). A la manière dont un liquide parcourrait un tuyau jusqu’à sortir, les molécules passent au travers d’une batterie de test dont l’aboutissement est la mise sur le marché.

Les pipelines des groupes pharmaceutiques sont généralement en libre accès sur leurs sites web.

A l’heure des biotechnologies et des thérapies biologiques il est rare qu’une « small molecule » soit un candidat médicament intéressant dans le domaine du cancer.

Figure 1. la structure du kévetrin.

Small molecule : terme anglais pour désigner les médicaments de moins de 900 Da, par opposition aux médicaments issus des biotechnologies comme les anticorps qui sont de grosses molécules.

Pourtant, la compagnie Cellceutix Corporation s’apprête à lancer une étude clinique portant sur le kevetrin, un dérivé de la thiourée qui pourrait être actif sur le cancer ovarien non opéable et résistant au cisplatine, le traitement actuel de référence.

Le kevetrin est remarquable par son mode d’action : c’est un inducteur de p53. Il a été montré qu’il pouvait induire l’expression de ce gène dans les cellules cancéreuses lorsque la copie du gène est saine et d’induire l’apoptose des cellules présentant un gène p53 muté. Le mécanisme précis par lequel le kevetrin agit sur ce gène n’est pas encore connu en détail.

Le gène p53 est qualifié de suppresseur de tumeur car il code pour la protéine p21 qui induit l’apoptose des cellules cancéreuses. Une mutation de ce gène est souvent impliquée dans la physiopathologie des cancers.

Un essai de phase I a montré que sur 31 sujets cancéreux traités, 68% ont présenté une augmentation de l’expression de p21 de 3 à 205 % et 48% ont présenté une augmentation significative d’au moins 10%.

L’essai de phase I a pour seul objectif de ‘évaluer la sécurité du traitement expérimental ; les chercheurs ont néanmoins noté que parmi les sujets tests, plusieurs ont présenté une stabilisation de leur cancer ce qui rend confiant l’entreprise sur la suite des études.

Sa sécurité d’emploi (absence de toxicité hématologique ce qui rendrait son utilisation concomitante avec une chimiothérapie classique possible) et le fait qu’il pourrait être actif dans le cadre de résistances aux autre traitement  rendent la molécule particulièrement intéressante.

A suivre.

#WITP

 

Références bibliographiques :

« A Phase 2 Study of Kevetrin in Subjects With Ovarian Cancer – ClinicalTrials.gov ». Consulté le 23 novembre 2017. https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03042702.

« A Safety, Pharmacokinetic and Pharmacodynamic Study of Kevetrin in Patients With Advanced Solid Tumors – ClinicalTrials.gov ». Consulté le 23 novembre 2017. https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT01664000.

Corporation, Cellceutix. « Cellceutix’s Clinical Trial of Anti-Cancer Agent Kevetrin Meeting Its Goals, Approaching End of Trial ». GlobeNewswire News Room, 20 août 2015. http://globenewswire.com/news-release/2015/08/20/955455/0/en/Cellceutix-s-Clinical-Trial-of-Anti-Cancer-Agent-Kevetrin-Meeting-Its-Goals-Approaching-End-of-Trial.html.

Kumar, Ashok, David P. Brennan, Karima Chafai-Fadela, Sylvia A. Holden, Siya Ram, Geoffrey I. Shapiro, et Krishna Menon. « Abstract 3221: Kevetrin Induces P53-Dependent and Independent Cell Cycle Arrest and Apoptosis in Ovarian Cancer Cell Lines Representing Heterogeneous Histologies ». Cancer Research 77, no 13 Supplement (1 juillet 2017): 3221‑3221. https://doi.org/10.1158/1538-7445.AM2017-3221.