Une récente étude, menée parThe Ohio State University Comprehensive Cancer Center, établirait un lien étroit entre consommation de compléments en vitamines B12/B6 et apparition du cancer du poumon.

La nouvelle ébranle, par ailleurs, toutes les recommandations de prévention sanitaire : suspectés, initialement, de contribuer à la diminution du risque de cancer, la vitamine B6 multiplierait par trois le risque de contraction d’un cancer du poumon dans une population de fumeurs masculins, tandis que la vitamine B12 porterait cette augmentation à quatre fois le risque initial.

L’étude comprenait, pour arriver à une telle conclusion,  une large population de 77 000 sujets masculins, fumeurs, âgés de 50 à 76 ans, résidant dans l’état de Washington, participant au programme VITamins And Lifestyle (VITAL). Cette prospection de cohorte suivait des patients consommant quotidiennement des compléments riches en vitamines ou minéraux pour voir les effets éventuels sur le risque d’apparition d’un cancer.

Le projet ne semble toutefois pas s’arrêter là : les femmes post-ménopausées suivant le même type de supplémentation seront passées au crible, pour s’assurer d’une non-augmentation du risque d’apparition d’un cancer dans cette population précise.

Source : Theodore M. Brasky et al, Long-Term, Supplemental, One-Carbon Metabolism–Related Vitamin B Use in Relation to Lung Cancer Risk in the Vitamins and Lifestyle (VITAL) Cohort, Journal of Clinical Oncology, 2017.