Les résultats de deux études en phase clinique concernant des nouvelles molécules contre l’arthrite psoriasique ont été présentés lors du congrès annuel européen de rhumatologie (EULAR) le 16 juin 2017 et se révèlent être très prometteurs.

L’arthrite psoriasique est une arthrite inflammatoire chronique doublée d’un psoriasis, il s’agit donc d’une pathologie entraînant des problèmes articulaires et cutanés. Le traitement traditionnel de cette pathologie est souvent un traitement anti-TNF, mais ces traitements de nouvelle génération s’avèrent, d’après les études qui vont être présentées ci-dessous, être très efficaces.

La première étude, menée par l’équipe d’Akihiko Asahina, correspond à l’étude du tofacitinib, qui était en essai clinique de phase III, randomisée et en double-aveugle. Il s’agit d’un inhibiteur de Janus kinase (JAK kinase) à administrer par voie orale, ce qui est plus confortable pour le patient qu’une perfusion ou injection sous-cutanée. L’étude comprenait 422 patients n’ayant pas bénéficié auparavant d’un traitement anti-TNF (tumor necrosis factor) et ayant au moins trois articulations différentes douloureuses et au moins trois articulations gonflées. Les doses administrées par voie orale étaient de 5 ou 10 mg, deux fois par jour. Les résultats de l’étude montrent une amélioration statistiquement significative de l’arthrite et du psoriasis comparé à un placebo.

La seconde étude, menée par l’équipe de Callis-Duffin, correspond à l’essai clinique en phase IIa, randomisé et en double-aveugle, du guselkumab, qui est un anticorps monoclonal humain anti-IL-23, l’IL-23 ayant une expression augmentée lors d’un psoriasis. L’IL-23 module également l’expression des lymphocytes Th17 et du TNF. L’étude comprend 149 patients ayant un psoriasis étendu sur plus de 3% de la surface corporelle totale et dont l’arthrite psoriasique persiste, malgré un traitement anti-TNF. Les doses administrées sont de 100 mg de guselkumab par injections sous-cutanées, à raison d’une injection toutes les deux semaines.
Les résultats de l’étude montrent une amélioration significative de l’état des articulations, de la fonction physique, du psoriasis et de la qualité de vie des patients. Ainsi, 40% des patients traités avec le guselkumab (contre 6.3% des patients du groupe placebo) ont vu leur psoriasis disparaître entièrement après 24 semaines de traitement. 58% des patients traités ont atteint l’ACR20 à la 24ème semaine contre 18.4% des patients dans le groupe placebo. L’ACR20 correspond à une amélioration de plus de 20% dans le nombre d’articulations douloureuses et dans le nombre d’articulations gonflées. Les effets secondaires sont similaires dans les deux groupes de patients et correspondent en grande majorité à des infections. Suite à ces résultats plutôt prometteurs pour cette molécule, l’étude se poursuit en essai clinique de phase III.

Afin d’en savoir plus sur ces deux médicaments :
European League Against Rheumatism. « New effective treatments for psoriatic arthritis patients: Promising data to support two new drug classes. » ScienceDaily, 16 Juin 2017.

Akihiko Asahina et al. Oral tofacitinib efficacy, safety and tolerability in Japanese patients with moderate to severe plaque psoriasis and psoriatic arthritis: A randomized, double‐blind, phase 3 study. In The Journal Of Dermatology. doi: 10.1111/1346-8138.13258

Callis-Duffin K et al. A phase 2 multicenter, randomized, placebo-and active-controlled, dose-ranging trial to evaluate guselkumab for the treatment of patients with moderate to severe plaque-type psoriasis. American Academy of Dermatology, March 21–25, Denver.