Le système immunitaire n’a pas fini de nous étonner ! Après des traitements contre le cancer consistant à activer le système immunitaire, voici une possibilité de traitement des athéroscléroses, et même d’autres pathologies telles que la stéatose hépatique ou même le diabète de type II.

En effet, des études sur la souris menées par des chercheurs de la Washington University School of Medicine à St.  Louis (Missouri) ont montré qu’un sucre naturel, le tréhalose peut mettre en marche les capacités d’entretien cellulaire du système immunitaire. Ces cellules « domestiques » sont alors capables de réduire les plaques d’athérosclérose qui se sont formées dans les artères.

Le tréhalose est un diholoside composé de deux glucoses reliés par une liaison 1,1 α-glycosidique, particulièrement stable. Il se trouve naturellement dans certaines plantes telle que l’aloe verra, dans des champignons dont des levures, ou dans l’hémolymphe de certains insectes et les fluides corporels de nématodes. C’est une molécule dont les propriétés sont multiples, puisqu’on pense à l’heure actuelle que c’est elle qui permet la capacité de cryptobiose notamment chez certains bryophytes et chez les tardigrades. Mais cette propriété de booster le système immunitaire était jusque là inconnue.

Dans notre cas, le sucre permettrait d’augmenter les capacités des macrophages, responsables de l’élimination des déchets cellulaires tels que les protéines malformées, les organites déficients ou les lipides en excès. En effet, en temps normal, ces macrophages se retrouvent vite débordés par la tâche que représente l’élimination d’une plaque d’athérosclérose, et peuvent causer des dégâts locaux.

Dans l’étude, il a été observé que chez une souris à laquelle du tréhalose a été injecté, la plaque d’athérosclérose a réduit sa taille de 30% par rapport à sa taille initiale. Cette diminution serait, d’après l’étude, suffisamment importante pour qu’elle soit considérée comme statistiquement significative.

Ces effets n’ont cependant pas pu être observés lorsque le tréhalose a été administré par voie orale ou qu’un autre sucre à la structure similaire a été administrée.

D’après le Pr Razani, un des auteurs de l’étude, le mécanisme d’action serait le suivant : le tréhalose active une protéine, la TFEB (Transcription Factor EB), qui va alors se diriger vers le noyau cellulaire et se lier à l’ADN. La TFEB va alors activer spécifiquement certaines séquences responsables de l’activité  des macrophages, notamment par une surproduction d’organistes tels que les lysosomes.

Cette découverte offre de nouvelles perspectives thérapeutiques exploitant les propriétés insoupçonnées de ce sucre, dont notamment des stratégies visant à inhiber les enzymes qui lysent ce dernier, afin d’allonger son activité.

Source :

Razani B. & Al. Exploiting macrophage autophagy-lysosomal biogenesis as a therapy for atherosclerosis. Nature Communications. June 7, 2017 doi:10.1038/ncomms15750