Nos voisins du département de recherche psychiatrique de l’université de Bonn outre Rhin ont étudié le vieillissement cérébral chez la souris (espèce particulièrement pratique car avec sa faible espérance de vie, elle vieillit rapidement)

Les groupes furent répartis de la façon suivante : des souris jeunes (2 mois) et vieilles (12 et 18 mois), les vieilles ayant été divisées en deux groupes, celles recevant de faibles doses non toxiques de THC durant un mois, les autres recevant un placebo durant le même laps de temps.
Ils ont par la suite mesuré les capacités d’apprentissage des souris. Quelle ne fut pas leur surprise lorsqu’ils se rendirent compte que les souris âgées traitées avec une faible dose de THC recouvraient des performances équivalentes aux souris âgées de 2 mois seulement !
Les chercheurs ont également mis en évidence un vieillissement cérébral accru chez les souris ne disposant pas de récepteurs cannabinoïdes CB1 en quantité suffisantes dans le cerveau.
De plus, afin de d’attester de l’effet du THC, ils ont vérifié la signature d’expression génique ainsi que l’importance de connexion entre les neurones. Les souris ayant reçu du THC   disposaient d’une expression similaire aux jeunes souris, et voyaient leur connexion neurales accrues par rapport aux souris témoin.
L’effet du THC sur le cerveau des rongeurs âgés par le fait que les cannabinoïdes endogènes sont produits en quantité plus faible avec l’âge, le THC compenserait leur perte. Une application potentielle supplémentaire pour traiter la démence chez l’homme ?

Pour en savoir plus