Bonne nouvelle pour les bacheliers de l’année 2017 et futurs étudiants en PACES, le gouvernement a trouvé une manière de contourner le tirage au sort qui condamnait 857 étudiants ayant mis la PACES en vœu n°1 mais qui ont été recalés le 8 juin dernier, à la suite d’un tirage au sort mis en place à la première phase d’Admission Post Bac dans la région parisienne. En effet, les demande d’entrée (7650) en PACES ont dépassé la capacité d’accueil des facultés des universités de la région parisienne, limitée à 6793 étudiants.

Mais des mesures seront prises afin d’augmenter la capacité d’accueil de ces facultés. La nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, qui s’était engagée il y a quelques semaines à « faire tout ce qu’elle pouvait pour limiter le tirage au sort » à la rentrée universitaire 2017, a convoqué en urgence les doyens des facultés de médecine d’Île-de-France dès le 9 juin. Il a été finalement décidé que, « tous les candidats relevant du secteur géographique d’Île-de-France et ayant placé la Paces en vœu n° 1 absolu se verront proposer une place le 26 juin lors de la deuxième phase d’APB ».

Un grand soulagement pour les futurs étudiants en PACES de l’année scolaire 2017-2018, mais quid de ce que peut nous réserve l’avenir ? Les mesures gouvernementales permettront-elles de continuer à garantir l’égalité de l’accès aux études de Santé dans les années à venir ?

Source :

Vous n’irez plus en PACES par Hasard sur Le Pharmacien de France